Le complexe minier et énergétique de Salkadamna, au Niger, a été bouclé, indique Source California Energy Service, entreprise Américaine en charge du projet colossal.

"Le financement destiné à  la construction de la centrale à  charbon est arrivé à  son terme. Nous sommes capable de commencer le projet", déclare David McMillan, le PDG de l'entreprise d'ingénierie et de construction. Le projet minier et énergétique se situe à  900 Kilomètres au nord-est de Niamey, la capitale du Niger, rapporte l'agence Reuters. Il n'est pas fournit plus de détails sur les sources de ce financement ni la date de conclusion des travaux, qui ont débuté en Juin 2014.

Mais, ce qu'on est sur, c'est que le projet est complexe et a couté une petite fortune. En effet, le projet de mise en valeur des réserve de charbon de Salkadamna, estimé à  69 millions de tonnes, a déjà  été plusieurs fois retardé, en raison de son coût et sa complexité, entre autres. C'est vrai que construire une mine à  ciel ouvert, une centrale thermique pouvant atteindre une capacité de 600 mégawatts, des lignes d'évacuation de l'énergie produite vers les principaux centres urbains du pays et une unité de production de 100 000 tonnes de briquettes de charbon par an, n'est pas chose facile. Grâce à  ce complexe, l'état espère pouvoir répondre au besoin du pays en terme d'électricité, qui importe une grande partie de son énergie du Nigeria encore aujourd'hui.

De plus, les autorités nigériennes espèrent même pouvoir exporter de l'électricité au Bénin et Burkina Faso.