Une enquête réalisée en 2012 sur 14 000 salariés français montre que le salaire n'est pas le facteur essentiel pour retenir un salarié, et donc pour éviter le turn-over, ce critère n'arrive qu'en 5ème position après le bien-être du salarié, le respect de la vie professionnel/ vie privée, la possibilité d'évolution !

D'autre part, les difficultés de recrutement, les coûts en temps et en argent constituent les principales raisons qui amènent les entreprises à  souhaiter fidéliser leur personnel. En effet, un fort taux de turn -over peut être interprété comme un signe de mal-être au sein de l'entreprise : les salariés changent souvent d'entreprise à  cause des conditions de travail difficiles, d'un relationnel compliqué, d'un blocage dans leurs carrières ou encore à  cause d'autres offres professionnelles plus intéressantes, ce qui peut apporter une image négative à  l'entreprise.

Quelques chiffres sur le turn-over :

32% des employés français pensent fréquemment à  changer d'emploi. Lorsqu'ils envisagent de postuler pour un poste, ils sont tout d'abord attentifs à  la culture de l'entreprise, à  sa longévité et à  sa position de leader sur le marché.

Les secteurs les plus concernés par le turn-over sont le commerce (51%), suivis des professionnels de l'IT et de ceux de la téléprospection (41%).