Le financement reste la première difficulté que rencontre les autoentrepreneurs. Il n'est pas facile de trouver des investisseurs et surtout de les convaincre à  investir dans votre startup.

C'est pourquoi, une pratique est de plus en plus courante chez les entrepreneurs : l'autofinancement appelé aussi Bootstrapping.

Cette pratique désigne le fait pour une entreprise de financer son activité et notamment ses investissements, à  partir de ses capitaux propres existants, à de sa propre rentabilité (capacité d'autofinancement, réserves, plus value), de son épargne.

Cependant, étant jeune entrepreneur souvent les fonds vous manquent.

C'est pourquoi, en bootstrappant, vous vous placez dans une logique de faire le maximum avec le minimum. Nous allons vous donner quelques méthodes pour faire beaucoup avec peu de moyen mais il reste nécessaire de générer un minimum de chiffre d'affaire dans n'importe quelle activité que vous pratiquez.

Aller vers une activité secondaire

Beaucoup d'entrepreneurs utilisent une activité secondaire pour financer leur activité première.

Attention à  ne pas TROP vous investir dans cette deuxième activité, n'oubliez jamais vos objectifs principaux : votre business et son développement.

De plus, les entrepreneurs bénéficient d'aides à  ne pas négliger. En effet, pour les aider à  lancer / développer leur business, il est possible de recevoir des subventions et avances remboursables. Un apport non négligeable !

La communication :  domaine à  ne pas négliger !

La communication reste un point décisif pour développer votre Startup. Il est indispensable d'y investir pour augmenter sa visibilité et sa notoriété. Sans communication, peu de chance de trouver ses clients et ses premiers investisseurs.

Double utilité : réussir son bootstraping vous permettra de vous lancer par la suite mais aussi de prouver votre persévérance et votre courage, autant de qualités qui rassurent les investisseurs.